La visite de Paestum commence toujours par un casse croûte chez Maria. Bon, maintenant c'est Anna, je crois, sa fille, mais on y trouve toujours la meilleure mozzarella de Campania. De bufflonne, bien sûr. Sans oublier les gelatti ! Le ventre plein, nous partons à la découverte des vestiges de Paestum. Au 7e s. av.jc, les Grecs qui fondèrent cette ville l'appelèrent Poséidônia. Puis en 400 av.jc à l'époque des Samnites, c'est Paistom. Depuis 273 av.jc, c'est Paestum, nom que lui donnèrent les Romains. Ce qui frappe sur ce site, c'est l'état de conservation des temples. Ils sont tous debout, mieux conservés qu'en Grèce. Mais je n'ai pas vu non plus toute la Grèce. À la demande d'Adrien, j'ai réalisé les dessins des chapiteaux des 3 ordres : dorique, ionique et corinthien. Seul l'ordre dorique se retrouve à Paestum. Il faut également savoir que l'ordre corinthien n'a jamais été utilisé en Grèce. La visite du musée a quelque chose d'émouvant car outre les magnifiques dessins des tombes romaines, on y trouve l'unique peinture grecque au monde : la tombe du plongeur qui symbolise le passage dans l'au-delà.