Pierre de Saint Riquier, mosaïste

Août 2003 : je visite la Corrèze et ses environs. À Beaulieu-sur-Dordogne, d'un pas nonchalant, je m'approche d'une chapelle en restauration, "La Chapelle des Pénitents". À l'entrée, je découvre un homme de taille moyenne, les cheveux grisonnants, en train de philosopher sur la nature humaine avec une passante presque amie. Il est assis sur la dernière marche de l'escalier. Je le contourne pour rentrer dans la chapelle et je me retrouve face à une mosaïque inachevée. Elle représente un visage et me fait penser, par sa facture, aux mosaïques de Pompéi et Herculanum vues au musée archéologique de Naples. Le petit homme s'approche, nous discutons, je découvre qu'il est artiste mosaïste et qu'il travaille comme les mosaïstes de l'empire romain. Ils sont deux en France à conserver cette technique. La ressemblance n'était donc pas dûe à mon imagination mais à sa maîtrise. Modestement, il m'avoue qu'il n'est pas aussi fortiche que les romains : il n'arrive pas encore à mettre 63 tesselles* dans un centimètre carré de mosaïque...
 

* les tesselles sont les petits morceaux de marbre ou de verre qui composent les mosaïques.

Rencontre avec Pierre de Saint Riquier

Pierre de Saint Riquier
14, Rue Grégoire Peugniez
59 231 Villers Plouich